LE TRAVAIL DES REVES 

 

   Le travail du rêve, c'est d'abord le travail du Soi accompli par le rêve lui-même dans notre psyché.


    Le Soi, notre essence intime, est à la fois ce qu'il ya de plus singulier en chacun de nous et ce qu'il y a d'universel et de commun à tous les êtres humains et qui fonde le possible et l'espérance d'une communauté humaine bienveillante .

   Les rêves expriment le point de vue du SOI,  source de vie  au coeur de la psyché qui nous guide vers la guérison de nos conflits et souffrances , souvent sur le mode de l'interpellation parfois celui de la consolation voire en vous imprégnant d'une réalité vibratoire numineuse, pour faire de votre vie psychique une totalité harmonieuse centrée sur cette source, à l'image d'un "mandala vivant".

   Le Soi dans les rêves nous révèle les conflits et souffrances psychiques qui nous impactent ou parfois nos erreurs ou défauts et il oeuvre à leur guérison ou à les surmonter. Ainsi, de rêve travaillé en rêve travaillé, progressivement, les rêves dessinent un chemin de réparation et refondation de nos vies jusqu'à établir une relation vivante avec cet ami intime qu'est le Soi.

 

   Dans ce grand oeuvre alchimique du Soi, oeuvre de conciliation des opposés mis en scène dans les rêves (1), les moi de la personne qui a reçu le rêve comme de celui ou celle qui l'accompagne pour l'analyser, sont inopérants en profondeur. Mais leur contribution est nécessaire pour en faciliter la réalisation plus rapide.  C'est là qu'intervient le travail sur les rêves. 

 

   Car, le travail du rêve, c'est en second lieu, le travail d'analyse et interprétation sur ses rêves et enfin le travail d'infusion: se laisser travailler par le sens de ses rêves. 

 

  Le rêve est comme une œuvre d'art du Soi formée de l'agencement de symboles. Mais, l'interprétation est également un art de contemplation et d'écoute plus qu'une science même si elle requiert ce faisant une certaine rigueur méthodologique et conceptuelle pour en respecter la teneur et en dégager au mieux la portée opérante  (2). 

 

   Travailler sur ses rêves, c'est cultiver cette amitié avec l'Ami intérieur indéfectible qu'est le Soi. Si on lui ouvre la porte,  qu'on prend la peine d'apprendre sa langue qui est la langue du symbole, qu'on l'écoute et qu'on accepte de le voir à l'oeuvre dans nos vies et dans nos rêves, alors son oeuvre de guérison de nos âmes et de nos vies s'en trouve favorisée. Et, il se manifestera dans nos vies extérieures, entre autres, sous forme de coïncidences symboliques bienheureuses (c'est le principe de synchronicité redécouvert par Jung et bien connu des initiés de tous temps). C'est un ami qui a besoin de notre attention pour se révéler et se manifester de façon bienfaitrice car selon la formule de Jung: "il brille pour celui qui le voit (mais) s'il n'est pas vu c'est comme s'il n'existait pas". Notre monde de déréliction fait la cuisante et sinistre expérience du deuxième terme de l'adage ("s'il n'est pas vu c'est comme s'il n'existait pas"). Et, justement,  c'est le but du travail des rêves  que de s'initier à le voir et l'entendre s'exprimer dans les rêves et dans nos vies. 

   L'interprétation du rêve permet de se laisser travailler par ses rêves car elle en libère une énergie qui nous porte et nous inspire pour voir son message de libération se  réaliser et donc surmonter les résistances inconscientes qui nous enferment dans l'ignorance et des répétitions malheureuses.

     Le rêve décrit la situation psychique  intime du rêveur donc pas seulement le moi mais surtout les archétypes ces énergies de base de l'inconscient avec lequel le moi est en prise (3). Dans un rêve, les archétypes sont représentés par des motifs symboliques. Le Soi s'exprime par symboles car il n'y a pas de mot connu de la conscience du moi pour exprimer l'inconnu de la  nouveauté qu'il  cherche à faire advenir.  Le symbole véhicule donc  la part inconnue qui nous ouvre au renouveau par le jeu des associations dont on parlera.

       

     "Dans le laboratoire du rêve , nous pouvons prendre conscience de ce travail alchimique du Soi....Même si nous n'en avons pas conscience...(dans le rêve, le Soi) "convoque les archétypes et travaille à guérir leur pathologies dans la vie des individus..". L'analyse des rêves permet de "prendre conscience de ce travail permanent du Soi .., et se laisser inspirer par lui ( ce qui) permet au sujet d'évoluer plus vite, de dépasser les résistances archétypales dans son espace psychique ..Dans le rêve, le Soi vient pour ainsi dire à la rencontre  de l'archétype (malade) dans le champs du moi. Le moi n'a aucun contrôle sur cette rencontre puisqu'il dort...mais  la trace du rêve  demeure  dans le champ du moi lorsqu'il se réveille,  le champ du moi investi par l'archétype que le Soi veut guérir ..jusqu'à ce que l'archétype  lâche son emprise négative sur le moi et que celui-ci  s'en trouve guéri" ( Pierre  Trigano)

 

        C'est la guérison des archétypes par le Soi qui est mis en scène dans les rêves : le Soi travaille à convertir la conscience parcellaire des archétypes  malades qui tiennent le moi sous leur emprise. Le rôle du Moi dans l'analyse du rêve est de servir en quelque sorte -selon l'expression de Pierre Trigano- de "conduit auditif " des archétypes : le Soi vient à la rencontre de l'archétype dans le champ du Moi.  "L’enjeu c'est que l’archétype dominant sorte de son unilatéralité et se « marie » avec les autres archétypes qu’il repousse, pour s’ouvrir à une véritable union harmonieuse, multilatérale, des contraires au sein de la psyché....et le Soi lui seul connaît le chemin subtil de création de conscience pour desserrer vraiment l'emprise de l'archétype sur le moi et transmuter son unilatéralité par .. lente et douce infusion (des symboles) , de rêve travaillé en rêve travaillé."( Pierre  Trigano)

       

   Le moi  que ce soit celui du rêveur ou de l’analyste n'a aucune prise pour guérir les archétypes : seul le Soi peut guérir les archétypes. C'est pourquoi Jung ne recourait pas à la thérapie verbale car on risque de rester dans le discours du Moi et le Moi retourne toujours inexorablement à ses complexes  connus même si des prises de conscience mentales peuvent parfois donner une illusion passagère d'une guérison. C'est le syndrome de répétition qui était le constat d’échec de Freud à la fin de sa vie et le blabla dénoncé aussi par Lacan qui pouvait interrompre ses séances au bout de 5 minutes pour cette raison.

 

     De rêve travaillé en rêve travaillé, lorsque le message du Soi est profondément entendu et infusé, l'énergie d'amour qu'il véhicule dans le rêve est libérée pour faire de notre vie psychique une totalité harmonieuse en alliance avec sa source centrale, comme un "mandala vivant" .

(1): voir la page : "Alchimie et individuation"

(2):voir la page:"La pratique de l'analyse"

(3): voir la page :"Les archétypes et le Soi"